La déclaration, tome 1 de Gemma Malley

la-declaration---la-resistance---la-revelation-4356022-250-400

Angleterre, 2140.
Les adultes peuvent choisir de ne plus mourir s’ils renoncent à faire des enfants. Anna vit depuis presque toujours au Foyer de Grange Hall un pensionnat pour les Surplus, des enfants qui n’auraient pas dû naître, des enfants dont les parents ont défié la loi en les mettant au monde. Anna n’a plus de parents désormais. Confinée dans l’enceinte du pensionnat, elle travaille très dur, pour effacer leur faute.
Anna a tout oublié de son passé. Jusqu’au jour où arrive un jeune garçon qui semble la connaître. Mais qui est ce Peter ? Pourquoi ne la laisse-t-il pas tranquille ? Et pourquoi elle, Anna, se sent-elle soudain si troublée ?

La déclaration de Gemma Malley est un roman qui me tentait beaucoup. Lorsque France Loisirs a édité la trilogie sous forme d’intégrale, je n’ai pas résister longtemps, et je me le suis procuré. Pour le sortir de ma PAL, il a fallu attendre un long moment et l’intervention de ma double SB, Cyrielle.

Anna est une surplus. Elle a été éduquée de manière très stricte. Elle a appris qu’elle ne devrait pas être sur cette terre, et qu’elle ne doit en aucun cas utilisé ses ressources. En effet, l’intrigue du roman La déclaration se déroule à Londres en 2140, l’humanité a trouvé le moyen de rester immortelle, en échange afin de ne pas utiliser toutes les ressources de la planète, les gens n’ont pas le droit d’avoir d’enfant, sauf s’ils renoncent à leur immortalité. Ce que n’ont pas fait les parents d’Anna, elle est donc une surplus. Elle a été arrêtée jeune et enfermée dans un pensionnat où l’on lui apprend à servir les autres.

Anna ne se pose aucune question car elle a toujours vécu comme cela. Un jour, Peter arrive au pensionnat. Au début, elle est très critique et refuse de l’écouter. Puis elle comprend qu’il a raison et que ce qu’il dit est censé. On s’aperçoit que le lavage de cerveau d’Anna a été bien orchestré. Elle est un parfait « petit soldat ». Tout au long du roman, on voit sa façon de voir les choses évoluer mais de manière très lente. C’est quelque chose de compréhensible car elle a été endoctrinée toute sa vie.

L’histoire du roman, comme toute intrigue dystopique, est très troublante mais j’ai trouvé ce premier tome passionnant. On voit la transformation d’Anna, son changement de comportement qui se fait petit à petit, c’est logique. On suit ce changement grâce à l’écriture de son journal intime. Grâce à ce procédé, Anna apparaît bien plus humaine et devient touchante malgré les principes que lui a inculqué Madame Pincent.

Cette dernière apparaît comme une vrai méchante. Pourtant, elle est plus complexe qu’il n’y parait. Je ne peux rien expliquer sans divulguer l’intrigue.

Je vais terminer par Peter, ce personne qui est l’élément perturbateur, avec lui tout change. Il apporte un nouveau souffle dans la vie d’Emma, grâce à lui elle a un nouveau point de vue. J’avais un peu deviné ce qui le concernait lors de la révélation finale. Dans le deuxième tome, on va approfondir son histoire. J’ai hâte de lire ce second opus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *