Rose Morte, tome 2: Trois Epines de Céline Landressie

Rose Morte

Rose Morte, tome 2: Trois Epines de Céline Landressie

France, fin du XVIIIe siècle.

Alors que la révolte gronde aux quatre coins de la France, Rose est rappelée de la cour de Russie. De retour aux côtés de son mentor, elle découvre que la situation vacille également dans l’univers occulte d’Artus.

Les Arimath doivent faire face à de sauvages attaques sur leurs terres, tandis que la grogne contre la noblesse croît d’instant en instant parmi le peuple. Entre la révolution naissante et les prémices d’une guerre au sein du monde obscur, les bouleversements dans l’existence de Rose s’annoncent cataclysmiques. Leurs conséquences risquent fort de faire sombrer en un même chaos les existences des humains aussi bien que des immortels…

Ma lecture du roman Trois Épines, le premier tome de la saga Rose Morte avait été un coup de cœur. Je m’étais empressée de faire entrer le deuxième tome dans ma PAL. J’ai entendu énormément de bien de la blogosphère sur ce deuxième tome ainsi que sur la maison d’édition. A l’occasion des imaginales, salon où je n’ai malheureusement pas eu la chance de m’y rendre, ce livre s’est rappelé à mon bon souvenir.

L’intrigue de ce deuxième tome est aussi prenante que la première. On retrouve nos personnages dix ans après la fin du premier tome. Rose revient d’un exil en Russie, elle a passé ses dix dernières années sans Artus et Adelphe. Elle revient à la demande d’Artus, mais elle est en colère contre ce dernier. Elle ne revient d’ailleurs pas seule.

Ce deuxième tome nous plonge un peu plus dans la mythologie complexe de Rose Morte. J’ai adoré en faire la lecture. Une fois de plus, l’auteur a su subtilement mélangé le côté historique et le côté surnaturel. Le mélange est savoureux, et je me suis délectée de ma lecture. La plume de l’auteur se déguste lentement, c’est tellement agréable de lire un si bien écrit. On a vraiment l’impression de se trouver à l’époque de la révolution. Une fois encore, j’ai été complètement immergée dans cette histoire et j’ai eu du mal à reposer le livre. Les relations des différents personnages s’intensifient au fur et à mesure qu’avance la saga.

Rose est le personnage centrale du roman, c’est une héroïne toujours aussi attachante. Par moment, on devine qu’elle interprète mal les choses, on a envie de lui dire de prendre le temps de réfléchir… Elle revient dans le roman suite à l’appel d’Artus après qu’il l’ait envoyée en Russie pendant 10 ans. Rose, pensant avoir été mise en exile est très en colère. Elle revient en femme forte, avec son propre infante, le prince Vassilli, ce qui est très pal perçu par Adelphe et Artus. Rose l’a fait par pure provocation, toutefois elle s’est beaucoup attachée à ce dernier qui est toujours là pour elle.

Les personnages masculins sont de plus en plus nombreux pour entourer Rose dans ce deuxième tome. Artus est un personnage aux intentions floues même si beaucoup de choses sont dévoilées dans ce deuxième tome. Adelphe, quand à lui est toujours tiraillé entre Rose et Artus, il ne cesse de le défendre, je l’ai trouvé beaucoup plus antipathique dans ce deuxième tome. A vrai dire, il m’a déçu. Et puis Vassili, j’ai bien aimé ce premier tome, il est peu la bouée de sauvetage de Rose, elle se raccroche à lui et il est là pour elle.

Logo Livraddict

 

Ce contenu a été publié dans Chroniques, Coup de coeur!. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Rose Morte, tome 2: Trois Epines de Céline Landressie

  1. Acr0 dit :

    Bien que l’intrigue soit prenante, je l’ai trouvée parfois un peu lente. Mais sans doute aucun, l’histoire est agréable à découvrir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *